"Réserves" (2005)

"Réserves" (2005)

Installation photographique,
Tirage argentique, montage DIASEC®.
Édition 5 exemplaires.
©Hélène Benzacar
« Réserves »

Selon le dictionnaire de Littré, l'un des sens du mot réserve définit un lieu affecté à la conservation d'êtres ou de choses que l'on veut préserver, un local qui sert à entreposer, à garder, un magasin ou dépôt d'œuvres d'un musée qui ne sont pas exposées.
La réserve caractérise aussi, une attitude : qualité qui consiste à ne pas se livrer indiscrètement, à se garder de tout excès (modestie, prudence, retenue). Quand je photographie, je mets à distance, je sors de l'intime, j'impose aux objets une métamorphose et crée un phénomène de "refroidissement".
Mes photographies traitent d'enfance glacée, de jeux refroidis, de récréations immobilisées.
Le parcours dans le musée tourne autour d'une enfance rêvée. Un enfant sage joue au metteur en scène, organise son théâtre dont il devient le photographe de plateau, propose avec douceur un regard dans l'ombre des coulisses. Les crânes, les vitrines, les boîtes et les oiseaux sont les traces de ce parcours de l'ombre.
Mais une réserve peut aussi désigner un espace naturel, "une réserve de la nature", un lieu de préservation des espèces vivantes rares ou menacées. Les séries comme neige ou la meute en proposent une reconstitution.
Pour le peintre, enfin, la réserve se définit comme la partie laissée en blanc dans une œuvre (graphique ou picturale). Si mes images affirment cette picturalité, (choix des couleurs, des matières, du grain, des couches, d'un certain flou) c'est pour soutenir cette référence à la peinture. Réserver, en ce sens, désigne l'arrêt volontaire d'une œuvre que l'on laisse à compléter, à parcourir.

Hélène Benzacar